A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V -W - Y - Z

Aleph

Mon unité ne sera exprimée par un autre que toi, sur toi seront basés tous les calculs et les opérations du monde, et l’unité sera seulement exprimée par la lettre Aleph
mennefer-glmmm


ALEPH : deuxième approche…




Si l’on excepte les civilisations disparues, l’alphabet phénicien est le plus ancien du monde, il remonte à environ – 3500 ans. Les premiers alphabets sont apparus sous forme de cunéiforme et de hiéroglyphes, qui signifie, rappelons-le, écriture sacrée.
D’après la Bible, D. parla / pensa en hébreu (langue sacrée) pour créer le monde. C’était l’unique langage.


Aleph א signifierait « Taureau » – « ami » – « maître ».

D’après Bialik, le grand poète , Aleph ressemble à une personne qui porte deux seaux.
On sait que le nombre 26 est le nombre du tétragramme concentré dans une lettre : la première représente la totalité du monde, avec les eaux au-dessus et en-dessous du firmament qui les sépare : c’est la forme du aleph.
Les eaux d’en-Haut représentent toute réalité en dehors de la nature, et les eaux d’en-bas représentent le monde de la nature.


Une double leçon…


Dans une même lettre, la lettre aleph, nous trouvons le Yod qui désigne le monde d’en-Haut spirituel et qui se trouve aussi ici-bas, dans notre monde.
Notre monde est une réplique du monde d’en-Haut.
« Le soleil, la lune, les étoiles, les plantes, le Gan Eden », dit le « Zoar » ont été créés par D. pour que nous sachions reconnaître les mondes supérieurs.
Yod
Vaw
Yod
א

Je vis dans le Yod d’en-bas et ainsi je connais le yod d’En-haut.
C’est comme si chacun de ces mondes était le reflet de l’autre. On dit que les eaux d’en-bas pleurent parce qu’elles veulent rejoindre le monde d’en-haut. Il y a eu une séparation et une aspiration à monter. Ces 2 yod ne sont pas symétriques. Celui d’En-haut regarde vers le monde spirituel et celui d’en-bas est tourné vers notre monde.

L’extrémité supérieure regarde en-haut et celle d’en-bas est pointée sur notre monde


Les eaux d’en-haut, c’est la même chose que celles d’en-bas, mais, en quelque sorte, à l’envers. Ce n’est pas la même structure.
C’est très ressemblant en-bas mais c’est comme le miroir du monde d’En-haut, à l’envers.
Il y a deux forces en l’homme : la gravitation qui le plaque au sol et une force semblable au feu qui nous fait nous élever.
C’est ce qui fait aussi que l’on peut retourner le aleph, la lettre peut pivoter.
Le vaw du aleph nous sépare aussi au point que dans la prière, certains « hassid » portent une ceinture pour bien séparer les deux mondes dans notre corps. Il est intéressant aussi de noter qu’en Egypte ancienne, le port de la ceinture rouge indique, sur les bas reliefs par exemple, que le personnage (roi ou reine…) exerce sa fonction sacerdotale.
Le vaw aussi unit : il désigne la conjonction « ET ». De plus, c’est une des lettres qui désignent la Torah.

Il y a une grande leçon à tirer de la forme du aleph


Si le spirituel et le matériel sont séparés, ce qui les unit c’est la Torah.

C’est un des aspects de la Torah mais aussi une définition de l’homme.
Tous les mots qui désignent l’homme commencent par un aleph :
Adam םדא
Ich שיא
Enoch שנא
Et ce n’est pas une mauvaise définition de l’homme : d’un côté il peut s’élever très haut et de l’autre tomber très bas.
C’est de cette combinaison que sont constitués l’homme et le monde. C’est peut-être aussi l’essence divine, l’unité fondamentale des choses.
Puisque le corps de l’homme est constitué de ces forces contradictoires, on dit que le vaw, c’est le diaphragme, il sépare la partie « négative » et la partie « positive » du corps, ainsi nous avons des eaux d’en-haut dans les poumons et des eaux d’en-bas dans le reste du corps

C’est la même chose pour les noms qui désignent D., ils commencent souvent par aleph.
Elohim : Ehyé : « Je serai qui je serai… »
Aleph est donc une grande concentration d’énergie divine, c’est une lettre très concentrée et pas seulement parce qu’elle est la première lettre, porteuse de tant de choses. Elle est tellement concentrée qu’il semble bien que les autres lettres, même si leur forme est plus complexe, ne portent pas une aussi lourde charge. Par exemple, le tétragramme commence par un yod, alors que le nom Adonaï (Seigneur) commence par un aleph ינדא, parce que le tétragramme désigne la transcendance, alors que le nom Adonaï « Seigneur » recouvre la totalité de l’existence.
D’ailleurs le Seigneur Béni soit-il se désigne lui-même par un nom qui commence par aleph : « Je serai » : Ehyé (היהא)
ANOKHI est le premier mot qui commence les dix commandements Je. Ce mot commence par aleph יכנא. Je (suis) l’Eternel. Il y a un autre mot pour dire « Je » : « ani » : « ינא »
Au buisson ardent, D. se présente par Ehyé (je serai) et pas par « Yod hé vaw hé » le tétragramme divin.
On a le sentiment que le nom qui commence par aleph Etre, Ehyé, est « supérieur » au tétragramme qui commence par Yod. Ce dernier connote ce qui nous sépare de ce qui est supérieur alors que les noms Eh ou Anoki (Je) englobent la réalité avec toute sa complexité, le haut et le bas tout ensemble, et c’est ce qui fait la magie de la forme du aleph.



L’aleph est la seule lettre hébraïque connue dans le monde entier…


Elle est en effet devenue un signe utilisé en mathématiques. Ce n’est pas par hasard si celui qui a choisi cette lettre était juif, suffisamment  en tout cas pour appeler un signe mathématique : « aleph ».
Il a choisi cette lettre pour représenter la puissance à l’infini (cf. théorie des ensembles)
L’Ein Sof , l’Infini : Ein Sof commence aussi par la lettre aleph ןיא

Parlons d’un deuxième aspect c’est une lettre qui ne se prononce pas.
C’est comme en français, le H est muet il faut mettre une voyelle : avec i, on obtient « HI !», avec A, on obtient « HA ! ».
Cela renvoie au silence de D. qui a précédé la parole : « le sans notes est l’ascendant des résonances » disent les chinois.
Le mot silence : « Hachmal » (l’électricité en hébreu moderne) est constitué du mot HACH (silence) suivi du mot MAL (parole)
On est passé du silence de D. à la parole.
Le monde existe parce qu’il y a d’abord une lettre silencieuse, et après il y aura la lettre de la parole qui sera le beith.
Il existe une autre lettre considérée comme vraiment muette, le Hé ה, ce n’est qu’un souffle d’air. Le aleph est tout juste un peu plus concret.
Yod
Vaw
Yod
א


Pour revenir au signe mathématique de l’infini, aleph, il ressemble à un 8 couché : si je renverse le aleph, c’est la même chose :



Deux côtés symétriques séparés par quelque chose : on a le sentiment que l’infini c’est quelque chose qui commence et qui finit au même endroit.
Je ne puis aboutir qu’au lieu où précisément cela a commencé, c’est le cercle. J’ai beau monter ou descendre, je me retrouve au même endroit !




Troisième aspect Aleph-binah : « apprends à comprendre »


Le nom de aleph signifierait taureau ?… ou plutôt « maître », c’est-à-dire « alouph » en hébreu.
Est-ce que aleph signifie vraiment « taureau » ? Ce serait plutôt « ami » – ou « l’étude »

Aleph étant la première lettre, c’est le commencement de toutes choses : tu commences par étudier.

Il existe un moyen mnémotechnique pour retenir l’alphabet hébreu, en formant des phrases d’abord avec deux lettres de l’alphabet, par exemple pour les deux premières lettres :
Aleph : « apprends » du verbe « aleph » qui signifie apprendre
Binah : « à comprendre » – Binah, c’est la compréhension

Puis pour les deux suivantes, guimel et daleth :
Guimel est l’initiale de la compassion
Daleth est l’initiale du mot « pauvre »
Guimel vient de Guemol qui signifie : « aide »
Daleth commence le mot Dalim : « les pauvres »
Il en résulte que le b-a ba du judaïsme, c’est l’étude et la charité.

Le verbe aleph signifie donc enseigner et, citons Job : « Aleph ha hochmah » : « je vais t’enseigner la sagesse » ou dans l’expression « Shit hochmah » : « le début de la sagesse ». Le alephétant un début absolu, le début de toute chose, c’est la sagesse.

La hochmah, la sagesse, c’est le début des choses, c’est pourquoi la lettre aleph désigne la sagesse, désigne l’enseignement ; c’est aussi pourquoi les écoles où on apprend l’hébreu s’appellent oulpan, ça vient du mot aleph.



Dans la Bible, D. est aussi appelé « alouph », « ami d’enfance »


En vérité, le aleph avec sa double graphie combine deux choses : l’animal et l’ami ! Que peut-on leur trouver en commun ? Et bien, l’enseignement ! Je peux aussi bien éduquer un taureau que l’ami ou l’ennemi.
Le mot Alouph est aussi employé dans l’expression l’ami de ma jeunesse.

Alouph désignant D. signifie que D. est « l’aleph du Monde ». Il est unique. Il est en même temps le maître. Alouph, « l’ami » veut dire aussi général.
De plus, il revêt deux formes. D’un point de vue phonétique,  il est le support de toutes les voyelles, mais il existe également un aleph totalement muet. C’est le cas lorsque aleph fait partie de la racine d’un verbe.
On l’appelle alors mère de lecture, comme dans « Banou » : « nous sommes venus » : le aleph, au milieu, n’est pas prononcé ךנאכ


Il existe encore un autre aleph


…Par exemple comme dernière lettre du mot H’et : pêché. Cet aleph a toujours été mystérieux et pose encore quelques problèmes.
טח 
אטח signifie  « pêché » - il devient le mot « noix » quand on prend seulement les deux premières lettres א       .

Notons que la valeur numérique de H’et est en principe 18 (8+1+9)
Or dans les commentaires, on parle de 17 comme si ce aleph ne comptait pas. Et 17, c’est la valeur du mot NOIX qui est le symbole du pêché ! Le Baal Chem Tov explique que ce aleph qui est caché désigne D., l’Aleph du monde, qui est caché dans tout pêché !Il est caché dans le silence de l’aleph, on ne le voit ni on ne l’entend !

Cet enseignement signifie, du point de vue de la théologie, que je ne puis pêcher sans que D. y soit associé dans une certaine mesure.
Car il faut bien qu’il me donne suffisamment de vie pour que je puisse pêcher ! On dit avec une grande audace que si nous disons au pluriel « Nous avons pêché » à Kippour, c’est parce que nous disons à D. « Nous l’avons fait ensemble. Nous sommes passés à l’acte mais TOI tu nous as donné l’énergie ! »
Donc, dans le pêché se trouve cet aleph invisible et inaudible.



Valeur numérique


Aleph c’est UN (Erad : UN commence aussi par aleph) et c’est mille ce qui pose la question de savoir comment 1 poursuit-il le mille ?
Il est vrai que le aleph contient aussi le concept du Aeleph : Mille.
On peut dire que le général (ALOUPH) c’est celui qui commande Mille. Le général commande donc 1000 soldats.
Ce rapport de 1 à 1000 existe aussi en grec où les lettres sont aussi des chiffres : le alpha vaut 1 ; si on lui met un certain signe, il vaut 1000.
C’est une très ancienne dialectique philosophique (Platon, Plotin,…) sur le passage du UN au multiple. C’est aussi le passage de D. qui est UN à la matière qui est multiple. Peut-être pourrait-on dire que le passage de Aleph à aeleph, c’est une des fonctions de la vie, de partir de l’Unité pour arriver à un monde complexe Mesubar.
On a beaucoup commenté le fait que la Torah ne commence pas par aleph mais par Beit, la première lettre de « Berechit », mais le point central c’est que le aleph signifie UN (דחא : erad).
Or UN, Erad, signifie SEUL.
C’est ce qui apparaît dans l’expression : l’Eternel est UN. Il est le SEUL : « Shéma Israël Adenai Elohenou Adenai Erad.
La lettre Beith, elle, comme nombre, exprime la dualité.

Le monde ne pouvait pas être créé UN (UNI). Il devait, il doit être créé sous le signe de la dualité.
Et là commence un autre monde….
Les dix commandements, eux, commencent par aleph, mais le monde, s’il veut rester monde, doit commencer par une autre lettre.

Du Aleph peut sortir Aeleph, mille, la multiplicité : mais il reste le signe de l’Unité.


  

1 commentaire:

  1. Vraiment super ce blog ! J'ai rarement vu autant de vérités sur l'alphabet hébraïque. Une seule petite chose qui me froisse: les noms en hébreux ne suivent pas l'ordre de lecture de droite à gauche, ce qui quelque part ne respecte pas l'énergie particulière de l'hebreu, ce qui est vraiment gênant pour un habitué comme moi. Mais autrement pour le reste, merci beaucoup pour cet excellent travail !

    RépondreSupprimer