A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V -W - Y - Z

Guimel



La lettre Daleth (d) et la lettre Guimel (g) entrèrent et demandèrent la même chose. Il leur répondit : « Il vous suffit d'être l'une avec l'autre. Oui, les pauvres ne cesseront d'exister dans le monde et l'on doit leur donner compensation en bienfaits. Daleth, elle-même, est la pauvreté (dalouth), Guimel lui donne compensation (guemilouth) en bienfaits. Vous ne vous séparerez pas l'une de l'autre. Il vous suffit que l'une nourrisse l'autre ».

SYMBOLISME

Dans la tradition, tout détail est digne d’interprétation. L’ordre alphabétique est une partition où chaque énergie vient se placer selon un rythme métaphysique. L’Aleph est l’unité, le Beth la dualité. Le troisième élément Guimel est le don. Il est le tiers côté de la triade créative. Le pont entre l’Un et le Créé.
En hébreu le mot Guimel vient de la racine gamal : sevrer, rendre la pareille, combler de bienfaits, récompenser, témoigner sa reconnaissance.
Toutes les acceptions de cette racine sont positives. Même sevrer, car cette action donne cette possibilité à l’enfant de s’affranchir de la fusion maternelle pour devenir lui-même. Le Guimel symbolise l’aspect bénéfique de la création.
Sa valeur 3 est lourde de symbole, les Maîtres du judaïsme affectionnent particulièrement ce nombre : la Torah fut offerte trois mois après la sortie d’Égypte, suite à trois jours de préparations et par le troisième enfant d’Amram, Moïse, à un peuple composé de trois degrés sacerdotaux, les Cohen, les Lévites et les enfants d’Israël. Le 3 est aussi lié à la troisième séfira Bina, celle du discernement. On retrouve aussi cette valeur dans l’addition des deux premières lettres, Aleph plus Beth égalent trois et Guimel. Tout en sachant qu’Aleph et Beth donnent Av qui signifie le père. Ce qui nous renvoie directement aux trois pères fondateurs queGUIMEL-CERFpetit.jpgsont Abraham, Isaac et Jacob.

La figure même de la lettre peut être anthropomorphe. Sa verticalité la fait ressembler à un homme debout. Son trait gauche pourrait être les bras de cet homme ouvert, en posture de générosité. Son Yod supérieur est sa tête tournée vers l’avenir, le devenir, le possible. On le représente aussi comme un homme riche, de Guéber (homme courageux en hébreu) courant après un homme pauvre, de Daleth, le pauvre en hébreu.

La tradition tient compte aussi de l’étymologie première de Guimel : Chameau. Le chameau est l’archétype de la sobriété, de la tempérance. Il est l’animal du désert par excellence. Les enfants d’Israël sont hantés par le désert. La Torah fut donnée dans le désert. Le peuple entier pour avoir cédé au culte du Veau d’or est forcé de demeurer quarante années dans le désert et devra pour survivre et continuer de transmettre le message sinaïtique, comme le chameau, être sobre
et tempérant, endurant et patient. Le désert deviendra pour Israël l’espace où loin de tous ses repères, loin de toute sécurité, de toute sédentarité, il pourra se dépasser et devenir lui-même, se sevrer de l’Égypte, de son ancien statut d’esclave. Le chameau est l’instrument qui permettra de passer d’un désert à l’autre, mais aussi d’une cité à l’autre, de revenir à la maison Beth. Le désert est un paradoxe. Il est un lieu vide de Dieu, mais c’est justement là que Dieu choisit de se révéler.

STRUCTURE DE LA LETTRE et GUÉMATRIA


Le Guimel est décomposable de différentes manières : il peut être un Vav avec un Yod collé à sa base.
Décomposition du Guimel en un Vav et un Yod.

Le Guimel ainsi éclaté passe de la valeur numérique 3 à 10+6 = 16, qui se réduit à 1+6, c’est-à-dire 7. Nombre très fréquent tout au long de la Bible. Certains auteurs décomposent cette lettre d’une autre manière, en y décelant un Zaïn et un Yod.
On peut aller encore plus loin dans sa décomposition, puisque le Vav est lui-même sécable en deux autres lettres : Yod et Vav. Ce qui donne comme valeur : 6+10+10 = 26. Nous retombons sur la valeur omniprésente dans la mystique juive, celle du Tétragramme YHVH.

BAHIR (extrait)
Livre de la Clarté
Fin XIIe siècle en Languedoc
Traduction de Gabaon.

Mais, de son côté, Rabbi Aqiba dit:
Pourquoi Guimel est-il troisième? Parce qu'il est sevré et grandit, et subsiste, ainsi qu'il advient qu'on dise: « Et l'enfant grandit et on le sevra. » (Genèse 21, 8).
Il leur dit: Ce sont là mes paroles, car il grandit et comble de bienfaits celui qui se tient présent avec lui et qui est son confident à son côté.

Et pour quelle raison Guimel a-t-il une queue en bas?
Il leur dit: Guimel a une tête en haut et elle ressemble à un canal.
De même que ce canal puise en haut et se vide vers le bas, de même Guimel puise par la tête et se vide par la queue.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire