A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - R - S - T - U - V -W - Y - Z

Taw

                                                                            bzizreal

Ce fut la lettre Taw (ת) qui se présenta la première. Maître des mondes, dit-elle, qu’il te plaise de te servir de moi pour opérer la création du monde. attendu que je forme la lettre finale du mot Émeth (= Vérité) gravé sur ton sceau; et, comme toi-même tu es appelé Émeth, il convient au Roi de commencer par la lettre finale du mot Émeth et de s’en servir pour opérer la création du monde. 
Le Saint, béni soit-il, lui répondit :
Tu es, en effet, digne; mais il ne convient pas que je me serve de toi pour opérer la création du monde, parce que tu es destinée à être marquée sur le front des hommes fidèlesi qui ont observé la loi depuis l’Aleph jusqu’au Taw, et à être ainsi mêlée à la mort, et aussi parce que tu formes la lettre finale du mot Maveth (= Mort). Pour ces raisons, il ne me convient pas de me servir de toi pour opérer la création du monde. La lettre Taw sortit immédiatement.



Taw vient d'un mouvement de la langue contre le palais.


Vingt-deuxième et dernière lettre de l'alphabet hébraïque, Taw suggère un dessin, un signe à déchiffrer. Elle suggère un croisement de lignes et le dessin d'origine est constitué de deux lignes croisées, signature instinctive de l'homme simple.


D'après la Qabalah, la lettre Taw est composée de deux lettres, Dalet et Noun: elle aurait ainsi comme sens immédiat, "la porte de la connaissance primordiale oubliée". Elle est aussi une réminiscence, une impression des mondes antérieurs dans l'univers présent. Dalet-Noun est aussi "dan", le juge: pour exercer son jugement, le juge a besoin de rectitude, de Taw croisé à angle droit. Taw n'est ni du côté de la rigueur, ni du côté de la miséricorde. Il est au milieu de l'Arbre de Vie, au niveau de Tifeéret, attibut qui commence et se termine par Taw.


On retrouve le juge dans le mot "adon" ou sire, une des sept désignations divines qui commencent par la lettre Aleph, l'unité. Adon ou aleph-dalet-waw-noun contient le signe Taw par le dalet-noun et devient alors aleph-waw-taw, soit le signe, le symbole, mais aussi aleph-taw-waw, "avec lui". Le Maître de l'univers a le signe avec lui. Il est la totalité de l'alphabet, de Aleph à Taw, de l'unité cachée vers le signe révélé par un symbole ou par un fait extraordinaire, appelé miracle.


Le sens de Taw est justement la marque, le signe, la lettre. I1 est le signe par excellence, la signature de l'analphabète, la marque de reconnaissance, le trait dans la matière. D'une façon plus concrète, Taw est l'empreinte immanente de la transcendance, le trait apparent du moi intérieur, la marque de la réalité ou d'un pressentiment, l'objet ou le dessin qui va subjuguer les foules, en faisant ressortir une émotion, amour ou haine.


Taw signifie aussi "plus, encore" ("tou"): une quête de plus de lumière, de plus de valeur ajoutée ("yoter"), de plus de réparation par une volonté librement consentie et de moins de prédestination.


Associé au Mém, les eaux, Taw donne "tam", la perfection, résultat du trait dans les eaux du Chaos pour les séparer et créer l'univers. Taw est le trait dans les eaux et la trace de l'univers primordial et des mondes antérieurs. Dans le mot Torah, Taw est le trait ou le signe à la tête, en haut du signe Hé, l'ouverture vers l'extérieur, l'étude, l'enseignement, le parfum des cieux.


La valeur de la lettre Taw est quatre cent, du signe de la matière et de la stabilité dans le mouvement. Taw a une valeur symbolique particulièrement riche, du fait qu'il est le signe par excellence 




soued
Lire  aussi  "la richesse du signe taw"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire